Méditation pour le 1er dimanche du Carême (21.02.2021)

Lectures de la messe

Première lecture

Alliance de Dieu avec Noé qui a échappé au déluge (Gn 9, 8-15)

Lecture du livre de la Genèse

Dieu dit à Noé et à ses fils :
« Voici que moi, j’établis mon alliance avec vous,
avec votre descendance après vous,
et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous :
les oiseaux, le bétail, toutes les bêtes de la terre,
tout ce qui est sorti de l’arche.
Oui, j’établis mon alliance avec vous :
aucun être de chair ne sera plus détruit par les eaux du déluge,
il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre. »
Dieu dit encore :
« Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous,
et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous,
pour les générations à jamais :
je mets mon arc au milieu des nuages,
pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre.
Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre,
et que l’arc apparaîtra au milieu des nuages,
je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous,
et tous les êtres vivants :
les eaux ne se changeront plus en déluge
pour détruire tout être de chair. »

– Parole du Seigneur.

Psaume

(24 (25), 4-5ab, 6-7bc, 8-9)

R/ Tes chemins, Seigneur,
sont amour et vérité
pour qui garde ton alliance.
(cf. 24, 10)

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
Dans ton amour, ne m’oublie pas,
en raison de ta bonté, Seigneur.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

Deuxième lecture

Le baptême vous sauve maintenant (1 P 3, 18-22)

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés,
le Christ, lui aussi,
a souffert pour les péchés,
une seule fois,
lui, le juste, pour les injustes,
afin de vous introduire devant Dieu ;
il a été mis à mort dans la chair,
mais vivifié dans l’Esprit.
C’est en lui qu’il est parti proclamer son message
aux esprits qui étaient en captivité.
Ceux-ci, jadis, avaient refusé d’obéir,
au temps où se prolongeait la patience de Dieu,
quand Noé construisit l’arche,
dans laquelle un petit nombre, en tout huit personnes,
furent sauvées à travers l’eau.
C’était une figure du baptême
qui vous sauve maintenant :
le baptême ne purifie pas de souillures extérieures,
mais il est l’engagement envers Dieu d’une conscience droite
et il sauve par la résurrection de Jésus Christ,
lui qui est à la droite de Dieu,
après s’en être allé au ciel,
lui à qui sont soumis les anges,
ainsi que les Souverainetés et les Puissances.

– Parole du Seigneur.

Évangile

« Jésus fut tenté par Satan, et les anges le servaient » (Mc 1, 12-15)

Ta Parole, Seigneur, est vérité,
et ta loi, délivrance.

L’homme ne vit pas seulement de pain,
mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.
Ta Parole, Seigneur, est vérité,
et ta loi, délivrance.
(Mt 4, 4b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus venait d’être baptisé.
Aussitôt l’Esprit le pousse au désert
et, dans le désert,
il resta quarante jours,
tenté par Satan.
Il vivait parmi les bêtes sauvages,
et les anges le servaient.

Après l’arrestation de Jean,
Jésus partit pour la Galilée
proclamer l’Évangile de Dieu ;
il disait :
« Les temps sont accomplis :
le règne de Dieu est tout proche.
Convertissez-vous
et croyez à l’Évangile. »

Source : aelf.org


HOMÉLIE DU PREMIER DIMANCHE DE CAREME

Gn 9, 8-15 / Ps 24 / 1P 3, 18-22 / Mc 1, 12-15

  1. Du baptême du Jourdain au désert ! Comme si le nouveau baptisé était appelé à vivre un autre baptême, celui de l’abandon confiant à l’Esprit dans le désert. En évoquant ce désert, Marc voudrait-il voir en Jésus un nouveau Moïse, prêt à une nouvelle Pâque, celle de la victoire définitive de Dieu sur la vie ? Nous ne pouvons l’exclure.
  2. Si le désert signifie ce lieu du silence, de l’essentiel, il est aussi ce lieu où la fidélité à Dieu peut être mise à dure épreuve comme il en fut le cas pour les Hébreux (Ex. 16, 1-4 ; 17, 1-7). Le désert de Jésus nous renvoie à nos propres « déserts », ces situations où nous semblons être acculés par la vie et où nous avons une vue troublée par la tempête de sable. C’est l’expérience de se sentir déstabilisé, de naviguer dans le vide, du sentiment de lutter impuissamment seul contre le vent et la vie. C’est aussi l’expérience des arrachements douloureux, du sentiment d’abandon et de l’épreuve de la solitude. Bref, il renvoie à ces heures, jours, mois et années de crise où le doute nous gagne et prend le gouvernail de notre vie. Ce désert-là nous plombe le moral.
  3. Contrairement à Matthieu 4, 1-11 et Luc 4, 1-13, Marc ne nous donne pas tous les détails sur les tentations. Si celles-ci seront bien présentes tout au long de sa mission, on peut néanmoins voir qu’au milieu du désert inhospitalier, Jésus se montre serein au point de vivre tranquillement « parmi les bêtes sauvages ». Cet indice montre la victoire de Jésus sur les forces du mal. De fait, là où Dieu est présent, le mal mystérieux est voué à l’échec et ses pièges déjoués. Là où le règne de Dieu se déploie, les relations nouvelles se tissent.
  4. À son tour, le disciple de Jésus est invité à domestiquer ses propres « bêtes sauvages ». C’est le sens de tout effort de conversion, lequel nous engage à démasquer nos « bêtes sauvages », ces violences qui nous séparent les uns des autres et de Dieu. En cela, le désert devient ce lieu où Jésus, à l’instar de Noé et, par fidélité à son Père et en communion avec l’Esprit, scelle une nouvelle alliance d’une création unifiée et réconciliée. À travers le service des anges, le Père se montre complice et impliqué dans la réussite de l’œuvre salvatrice de son Fils.
  5. En ce premier dimanche de carême, voici quelques questions à se poser. Quelles sont les tentations auxquelles je suis confronté ? Quelles sont mes petites « petites bêtes sauvages » à apprivoiser et avec lesquelles je peux entrer en dialogue de manière à retrouver la paix intérieure ? Dans quelle mesure puis-je transformer le désert de ma vie en un lieu de fécondité et d’espérance pascale ? Quelle est ma part de responsabilité dans l’alliance entre Dieu et moi pour un monde harmonieux, réconcilié et fraternel ? Suis-je concerné par cette alliance ou pas ?

Fr Benjamin KABONGO ofm
Bruxelles, le 20/02/2021


lien vers l’homélie-BD


Le désert a été réalisé par les petits-enfants d’Annette, Chloé et Robin.